NASA_Neutral_Buoyancy_Laboratory_TheCoolPool

Depuis le milieu des années 90, la natation est un exercice incontournable pour les astronautes. Non pas parce qu’une grande masse d’eau a été découverte dans l’espace durant cette décennie, mais parce que depuis cette époque, une partie fondamentale de la préparation des astronautes s’effectue dans une piscine géante

Sur terre, se déplacer sous l’eau représente la meilleure façon de ressentir une sensation similaire à celle de l’apesanteur. Pour que les astronautes puissent s’habituer à l’absence de gravité, l’agence spatiale américaine a construit en 1995 une piscine couverte de 61 mètres de long, 31 mètres de large et 12 mètres de profondeur à côté du Johnson Space Center de Houston, au Texas.

NASA_Neutral_Buoyancy_Laboratory_Panorama_TheCoolPool

Plus grande qu’une piscine olympique, cette infrastructure est connue sous le nom de Neutral Buoyancy Laboratory (NBL). Les 234 650 000 litres d’eau qu’elle contient sont maintenus à une température située entre 27 et 30 degrés Celsius et sont renouvelés toutes les 20 heures. À première vue, le bassin ressemble à une grande installation sportive aquatique, mais en-dessous de la surface se cache une chose pour le moins inattendue au fond d’une piscine : une réplique de la Station spatiale internationale.

NASA_Neutral_Buoyancy_Laboratory_Spacewalk_Training_TheCoolPool

Le NBL joue un rôle essentiel dans la formation des astronautes qui se préparent à une mission. Par exemple, lorsqu’il est nécessaire d’envoyer une équipe pour réparer une pièce de la navette spatiale ou mettre à jour le système informatique de la station, la mission est répétée plusieurs fois dans la piscine du laboratoire.

Pour que les conditions sous l’eau soient les plus semblables possible à celles de l’environnement spatial, les combinaisons des astronautes et les pièces immergées contiennent des poids qui les maintiennent à un état de flottabilité neutre (« neutral buoyancy », en anglais) et évitent qu’elles n’émergent ou ne coulent. De même, pour permettre aux astronautes de se familiariser avec le système de communication, leurs combinaisons incorporent des récepteurs qui ressemblent à ceux utilisés au cours de la mission.

NASA_Neutral_Buoyancy_Laboratory_Astronaut_Training_TheCoolPool

Malgré tous ces efforts, deux aspects de l’environnement spatial restent impossibles à reproduire. Le premier est l’absence de friction. Dans l’espace, un objet se déplace de façon continue jusqu’à ce qu’il rencontre un quelconque type de résistance. Or, dans la piscine du NBL, la friction de l’eau freine les mouvements. D’autre part, dans l’espace, les astronautes ne sentent ni leur poids ni leur masse corporelle, ce qui n’est pas le cas dans l’eau.

NASA_Neutral_Buoyancy_Laboratory_Training_TheCoolPool

Depuis la création du NBL à Houston, d’autres installations aquatiques du même type ont été construites ailleurs aux États-Unis et en Russie, mais aucune n’atteint les dimensions de celle de la ville texane.

Dans cette vidéo de réalité virtuelle en immersion à 360°, vous pouvez vous immerger dans les eaux du Neutral Buoyancy Laboratory.

Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *